Jun 19 • 18M

Le porno, le voyeurisme et l'exhibition chez nos ancêtres et les nouvelles générations

Est-ce vraiment de pire en pire ???

4
5
This episode is for paid subscribers
Comment survivre dans la jungle humaine
Episode details
5 comments

Le making of du podcast

A post shared by Anton Malafeev (@anton.malafeev)

LE CHOC DES GENERATIONS • Livre

PARTIE II

« Pères et fils », la dissection d’une dichotomie


Le serpent qui se mord la queue

« Nous ne rendions pas publique notre vie privée et n’examinions pas avec une telle délectation la vie d’autrui, comme vous le faites sur Instagram et Facebook ».

Nul ne peut affirmer et rien ne peut prouver que, si les réseaux sociaux existaient lors de leur jeunesse, ces adultes critiques ne s’y comporteraient pas comme les adolescents actuels. Pensez le contraire serait imaginer une « dégradation darwinienne », comme si la nature humaine se serait détériorée en à peine 40-50 ans. Il est même, au contraire, évident que si, hypothétiquement, les mêmes technologies avec les réseaux sociaux avaient fait l’apparition dans les années 1950, à quelques détails près l’humanité s’en servirait de la même manière que 2-3 générations plus tard, c’est-à-dire vers les années 2010.

A la seule différence que les mœurs des années 1950 étaient différentes et donc le degré de l’usage des réseaux sociaux serait, peut-être, quelque peu différent de ce que l’on connait à présent. Par exemple, probablement, on verrait moins de corps nus sur Instagram à l’époque des baby-boomers, comparé une soixantaine d’années plus tard à la compétition internationale décomplexée des clichés érotiques des Monsieur et Madame tout-le-monde, voire des selfies excessivement expressives, tel une communication non-verbale. Ce processus semble s’accélérer aujourd’hui à cause des caméras dans la poche de chacun par défaut. Et, aussi, parce que l’épidémie d’étalage de sa vie privée sur le web est en train de battre son plein. Bien que je pense qu’elle soit curable : la satiété d’ostentation pourrait advenir avec le temps, probablement en se faisant remplacer par de nouveaux phénomènes, imprévisibles pour l’heure.

D’ailleurs, le phénomène actuel est assez intéressant, à mon sens, dans la compréhension de l’exposition volontaire de sa vie privée et du voyeurisme à l’autre bout de la chaîne. Pour mieux comprendre ce mécanisme, prenons la pornographie. Un sujet qui peut paraître choquant et inacceptable dans un ouvrage comme celui-ci et sans aucun lien avec le fait de rendre publique sa vie privée ou d’examiner celle d’autrui. Mais attendons de faire des jugements hâtifs, ce sujet est très parlant, voire symptomatique.

This episode is for paid subscribers